pouet

Entrepreneurs : attention aux arnaques !

Par@Laura_Créagi 3 années d'anciennetéPas de commentaire
Accueil  /  Communication  /  Entrepreneurs : attention aux arnaques !

Ayant reçu très récemment une magnifique tentative d’arnaque lors du dépôt de mon nom de marque, je me suis dit qu’il était peut-être temps d’aborder le sujet.

N’ayant pas très envie de tomber un jour dans un tel piège, je me suis renseignée sur les arnaques faites aux entrepreneurs en démarrage. J’ai appris de nombreuses choses – très utiles – mais il m’a paru plus utile encore de vous partager ces infos. Je vous propose de traiter le sujet en 4 points :

  • Quelles arnaques peut-on rencontrer ?
  • Comment les arnaqueurs vous trouvent-ils ?
  • Quels sont les bons gestes à adopter ?
  • Quels sont les recours en cas de litige ?

Un grand merci à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Strasbourg qui bien voulu répondre à mes questions pour compléter cet article, notamment concernant les bonnes attitudes à adopter !

Merci également à Sophia Huynh-Quan-Chiêu (La marque pensée) et à Steve Legere (propriétaire du blog Les couloirs du net) pour leurs témoignages.

Vous êtes entrepreneurs, auto-entrepreneurs, entrepreneurs-salariés en démarrage ?

Vous allez certainement subir une tentative d’arnaque !

Quelles arnaques peut-on rencontrer ?

On dénombre de très nombreuses arnaques faites aux personnes qui démarrent une activité. Voici les types les plus courants avec quelques exemples en lien.

Premier type

Par courrier le plus souvent, on vous demande une déclaration d’activité soi-disant officielle et bien sûr payante. N’oubliez pas que pour un auto-entrepreneur la déclaration est gratuite. Les chefs d’entreprises affiliées à la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) n’ont pas d’autres formalités à remplir que celles demandées par la Chambre. Pour les autres statuts, faites un tour ici.

Second type

Un registre, un répertoire ou un annuaire tente de se faire passer pour « officiel » en vous demandant de payer une somme pour une inscription quelconque. Deux petits exemples ici et ici (admirez l’utilisation de symboles officiels tels que « Marianne », le drapeau Français ou la pagination typique d’une feuille d’impôt).

Troisième type

Un courrier ou un mail vous réclamant des sommes d’argent pour soi-disant enregistrer votre nom de domaine, ses diverses extensions (.fr .eu .info etc.) ou votre nom de marque, en France et à l’étranger. Voici pour exemple mon propre courrier.

Quatrième type

C’est peut-être le plus dangereux. Les arnaqueurs se font passer pour un organisme officiel (le gouvernement, les impôts, l’URSAF, l’INSEE) pour vous réclamer de l’argent. Ils vont parfois jusqu’à recréer un site web aux allures de l’original pour vous tromper ! Sur cet exemple on vous demande de l’argent et votre numéro de carte bancaire en vous redirigeant vers un faux site des impôts.

signing a contractDans tous les cas, leur méthode est toujours plus ou moins la même :

  1. vous faire croire qu’il s’agit d’une demande officielle,
  2. que l’inscription et le payement sont obligatoires (cela doit vous mettre la puce à l’oreille),
  3. que celui-ci doit être effectué rapidement (vous ajoutant un surcroît de stress et vous rendant potentiellement plus influençable).

Méfiez-vous car, dans certains courriers, il est précisé (en touuuuut petit) que le service est FACULTATIF. Ce qui rend l’entreprise difficilement attaquable en cas de litige. On ne peut, en effet, pas vraiment la considérer comme illégale… J’ai par ailleurs découvert que certaines se permettaient d’attaquer en justice – pour diffamation – les personnes les dénonçant ouvertement sur un site ou un blog (un comble, non ?).

Témoignage : Le propriétaire du blog « Les couloirs du net » (lien ici) dissèque dans un témoignage très intéressant sa propre mésaventure. A lire absolument.

Comment vous trouvent-ils ?

Cela n’est pas si sorcier finalement.

Il existe de nombreux endroits où votre entreprise doit ou sera enregistrée. Et ces « endroits » sont parfaitement accessibles (et surveillés). Selon un article de l’Express :

Lorsqu’un entrepreneur officialise la création de son entreprise, entre autres formalités administratives, il doit s’immatriculer auprès du Registre du commerce et des sociétés (RCS). Ces informations, une fois enregistrées, sont rendues publiques, quelques jours plus tard, dans les avis et les journaux d’annonces légales, ainsi qu’au Journal Officiel de la République.

Pour voir qui vient de déposer son nom de marque, il leur suffit également de consulter ou d’être abonné au BOPI (Bulletins officiels de la Propriété Intellectuelle). Et pour rechercher les propriétaires d’un nom de domaine spécifique, rien de plus simple qu’un tour sur le Whois, une base publique qui stocke et permet l’affichage de l’ensemble des données relatives à un domaine (propriétaire, contacts, statut, prestataires…). Il ne reste plus alors à ces arnaqueurs qu’à enregistrer vos coordonnées : nom, prénom, adresse, Siret… et à tenter leur chance.

Quels sont les bons gestes à adopter ?

Mettons-nous dans le contexte : vous gérer du mieux que vous pouvez la création de votre activité, vos priorités, vos clients, le stress… Et vous recevez un courrier ou un mail péremptoire aux allures très très officiel et pouvant vous coûter assez cher.

  • 1

    Restez calme !

    Ne répondez pas à l’injonction de payer rapidement. Prenez le temps de bien étudier le courrier/mail, de lire toutes les petites lignes (pour chercher la mention « facultatif » par exemple). Certaines entreprises peu scrupuleuses peuvent également vous contacter par téléphone, en multipliant les appels et les injonctions. Elles espèrent vous faire céder. Surtout n’acceptez rien au premier coup de fil et prenez le temps de réfléchir à tête reposée.

  • 2

    Méfiez-vous

    des courriers envoyés depuis l’étranger ou écrits dans un mauvais français.

    Faites une rapide recherche sur le web (en tapant le mail de l’envoyeur ou le nom du courrier + le mot « arnaque ») pour vérifier si quelqu’un n’a pas déjà reçu ce message.

  • 3

    En cas de doute

    contacter votre fournisseur (SFR, EDF…) ou l’organisme en question (le centre des Impôts par exemple), non pas avec les coordonnées fournies dans le courrier ou le mail mais en comparant avec les coordonnées originales.

    Ils seront peut-être intéressé d’apprendre le vol de leur identité…

Vous avez malheureusement payé, que faire ?

Ce genre de courrier joue sur l’urgence : une injonction de payer sous 4-5-8 jours ou sur la rapidité de leur envoi. A peine inscrit, vous voilà submergé de papier !

Certains, sous la pression et le stress, seront tentés de signer et de payer.

Si vous avez payé par prélèvement automatique ou chèque

Attention, vous ne pourrez malheureusement pas faire opposition car votre signature vous engage en tant que chef d’entreprise. Vous risqueriez d’être en faute et l’entreprise peu sérieuse pourrait se retourner contre vous.

Si la somme que vous avez perdu est importante

Soyons franc, c’est rarement le cas et c’est pourquoi beaucoup de personne abandonne d’éventuels poursuites. La dernière solution reste toutefois de constituer un dossier. Ce dossier pourra être transmis à la répression des fraudes qui vérifiera s’il n’y a pas eu une clause abusive, de mauvaises Conditions Générales de Vente, des services non fournis, etc. Vous pouvez contacter la DGCCRF (un service de la DIRECCT pour la répression des fraudes).

Si vous êtes auto-entrepreneur, entrepreneur en couveuse ou en CAE*

Renseignez-vous sur les fédérations qui peuvent vous apporter un soutien juridique. Les entrepreneurs-salariés peuvent évidemment se tourner vers leur Coopérative d’Activités et d’Emploi (*CAE) pour les aider à remplir leurs papiers. Quant aux entrepreneurs et entreprises ressortissant de la Chambre de Commerce et d’Industrie, ils peuvent contacter le service juridique de la CCI pour les appuyer et les conseiller.

On n’est pas des pigeons !

En vous souhaitant bon courage à tous !

Laissez-nous vos témoignages et vos questions dans les commentaires.

Sites à suivre :

La Fédération des auto-entrepreneurs alerte régulièrement sur de nouvelles arnaques.

http://www.federation-auto-entrepreneur.fr

J’ai découvert ce blog qui recense de nombreux exemples d’arnaques :

http://harnaqueautoentrepreneur.blogspot.fr/

Retrouvez un témoignage détaillé avec décryptage d’une arnaque ici :

http://couloirsdunet.wordpress.com/enquetes/arnaques-aux-auto-entrepreneurs/

Lire l’article de l’Express sur le sujet :

http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/

Le site officiel pour s’inscrire au registre des auto-entrepreneurs

http://www.lautoentrepreneur.fr/

Le statut original d’entrepreneur-salarié vous protège de certaines arnaques car vous créez votre entreprise sans déposer votre propre Siret. Pour vous renseigner en Alsace : http://antigone.coop/

Categories:
  Communication, Les Actualités de Créagi
cet article a été partagé 0 fois
 800

Laissez un commentaire !

Posez une question, donnez un avis...

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies (pas les petits gâteaux, les autres) ;-) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer